Actualités

Journées du Patrimoine

 

Notre Musée est ouvert les 15 et 16 septembre de 14h30 à 18h30.

 

Les adhérents et le président de l'Association seront là pour recevoir les visiteurs et de leur faire découvrir le Musée et l'exposition consacrée à la Résistance dans le Montluçonnais. Tous ceux et celles qui s'intéressent à la Seconde Guerre mondiale trouveront au Musée des objets et des renseignements sur la résistance et la déportation. Musée et exposition sont conçus pour un large public et les enfants sont les bienvenus. L'équipe du Musée prépare une nouvelle exposition et serait heureuse de recevoir tout nouveau renseignement ou document concernant cette période.

25 août 2018 : ouverture du Musée de la Résistance de Montluçon de 14 h à 18h 30

 

Anniversaire de la libération de Montluçon.

 

La libération de Montluçon se fait sous la grêle et les orages. Les hommes des maquis sont accueillis avec enthousiasme par la population lors de leur entrée dans la ville le 20 août 1944. Les Milices patriotiques et les Femmes de France appellent à la mobilisation populaire. Le lundi 21, la garnison allemande de Montluçon reçoit le renfort d’une importante colonne venue de Moulins : un détachement sort alors de la caserne Richemont pour se rendre jusqu'aux abords du pont Saint-Pierre où il se heurte aux FFI. Beaucoup de maquisards trouvent alors la mort. Le 22, les Allemands mettent le feu aux maisons de la rue des Goncourt pour se dégager. Le 23 est assez calme. Le 24 août, une colonne allemande venue de Guéret permet à la garnison d’évacuer dans la soirée la caserne. Le 25, la compagnie Michel (Emile Mairal), aidée d’autres groupements, arrête à Quinssaines une colonne allemande venue de Limoges et l’oblige à contourner la ville. Les Montluçonnais, hors de danger, peuvent fêter le 31 la liberté retrouvée. La libération de Montluçon a causé au moins 46 morts, dont on honore la mémoire tous les ans, fin août.

 

15 août 2018 : cérémonies en l'honneur des victimes de la carrière des Grises (14 août 1944)

 

10 heures : Monument aux morts de l'avenue Marx Dormoy (Montluçon)

11 heures : Monument de la carrière des Grises de Prémilhat

 

Depuis le 6 juin 1944, les Allemands cherchent à tout prix à sauvegarder le contrôle des grands axes de circulation afin de faire remonter leurs troupes vers la Normandie, puis vers le Nord-Est. Ils mènent une lutte sans merci contre les maquis et n'hésitent pas à s'en prendre aux civils. Les exactions se multiplient. C'est dans ce cadre qu'il faut replacer le massacre de la Carrière des Grises (utilisée par l'occupant comme terrain d'exercice militaire). Le 14 août 1944, 42 otages masculins doivent quitter au petit matin la caserne Richemont pour les Grises. Parmi eux, des maquisards, mais aussi des civils ; des Montluçonnais, mais aussi d'autres Bourbonnais et des Creusois. Les otages sont menés en cinq groupes successifs au bord de la fosse où ils sont fusillés. A sept heures, tout est fini. Le sous-préfet arrive à faire exhumer les victimes. Beaucoup d’entre elles portent des traces de torture, comme Jean Mathé, membre important de la résistance montluçonnaise. Des volontaires se proposent pour exhumer et faire la toilette des morts qui sont enterrés le lendemain au cimetière de Prémilhat. La population montluçonnaise, loin de se laisser impressionner, veut plus que jamais participer à la libération de sa ville.

Date de dernière mise à jour : 15/10/2018